Saut au contenu principal
print small medium large 

PAGE D'ACCUEIL / DES IDéES DE CHANGEMENT POUR L'ÎLE-DU-PRINCE-ÉDOUARD /


Système de scrutin préférentiel

Les récentes discussions et propositions de réforme ont penché vers un choix entre une certaine forme de représentation proportionnelle et le statu quo. Le système de scrutin que ce livre blanc propose est de forme préférentielle. Les électeurs recevraient un bulletin de vote en deux parties le jour de l’élection. Sur une partie, l’électeur indiquerait ses préférences dans l’ordre pour les candidats du comté local, le numéro 1 étant le candidat préféré, le 2 le second choix, et ainsi de suite. Il reviendrait à l’électeur de choisir d’indiquer ou non un seul choix, ou deux, ou plus, parmi l’éventail de candidats.

Sur l’autre partie du bulletin, l’électeur pourrait exprimer ses préférences en ce qui concerne les candidats pour chacun des partis présents dans le grand comté concordant avec la circonscription fédérale. Encore une fois l’électeur pourrait classer autant de candidats qu’il le souhaite.

Les votes seraient comptés et tous les candidats obtenant plus de 50 % du total des suffrages au premier tour seraient déclarés élus. En ce qui concerne les candidats obtenant moins de la moitié des votes, le candidat le moins bien classé serait retiré de la liste et les préférences secondaires des partisans de ce candidat seraient prises en compte. Ce processus continuerait jusqu’à ce qu’un candidat obtienne la majorité des votes.

Cette approche, qui est utilisée depuis longtemps par les partis politiques pour sélectionner leurs chefs et leurs candidats aux élections, présente plusieurs conséquences positives :

  • Cela donne aux électeurs un plus grand pouvoir d’expression et réduit le nombre de « votes perdus ».
  • En faisant ainsi, l’influence électorale des partisans des petits et nouveaux partis est augmentée étant donné qu’il est très probable que ces préférences soient comptées pour parvenir aux 50 % plus un.
  • Cela permet d’assurer que tous les candidats élus obtiennent un siège avec le soutien de la majorité de leurs électeurs.
  • De manière plus subtile, cela encourage une approche collaborative pour se présenter aux élections et occuper un poste. Il est grandement envisagé que le système uninominal majoritaire à un tour incite les candidats à accroître la polarisation et le conflit afin de définir ce qu’ils défendent et d’encourager leurs partisans à voter. Cependant, dans un système préférentiel, les candidats doivent attirer un plus large éventail de points de vue afin d’obtenir le soutien des électeurs du second et du troisième tour, ce qui encourage une approche plus constructive et positive.

Cependant, le système ne traduit pas directement les parts de votes en parts de sièges et pourrait donc ne pas réussir à rendre les résultats des élections plus proportionnels. Cela réduit la possibilité, ou pour certains le risque, de fréquents gouvernements minoritaires ou de coalition. Alors que les mesures suggèrent de s’orienter en partie vers la proportionnalité, il se peut que certains électeurs soient toujours sous-représentés ou non représentés dans le corps législatif, et les petits et nouveaux partis peuvent encore rencontrer des obstacles importants pour gagner des sièges. Les questions pour les Insulaires concernent l’équilibre qu’ils souhaitent atteindre entre la tradition et l’innovation au rythme du changement et du renouvellement.

French - back to top